ARTELOGIE IX
(JUIN 2016)
SOMMAIRE

Accueil > Présentation > Appels à contributions des numéros antérieurs > Appel à contribution N° 6 > Horizons et dispositifs des arts des pays du Río de la Plata (XXe (...)

{id_article}       
  • fontsizeup    fontsizedown

Horizons et dispositifs des arts des pays du Río de la Plata (XXe siècle)

Appel à contribution N° 6


Traduire le texte [français] [français] [français]


Pour citer l'article:

Appel à contribution N° 6, « Horizons et dispositifs des arts des pays du Río de la Plata (XXe siècle) », in Appel à contribution N° 6 .
(c) Artelogie, n° , 2013.

URL: http://cral.in2p3.fr/artelogie/spip.php?article191

Cette proposition n’envisage pas un numéro traitant des productions artistiques dans les pays du Río de la Plata au XXe siècle – elle ne concernera par ailleurs que les arts plastiques –, ceci afin d’éviter des problématiques « argentino- » ou « uruguayo-centrées ». Le numéro visera plutôt les connexions, les articulations et les interactions avec d’autres milieux et courants artistiques que ceux de l’Argentine et de l’Uruguay, soit la projection de l’art argentin ou uruguayen « hors d’eux-mêmes ».

On souhaite éviter aussi la reproduction des séquences classiques (des écoles comme des courants) et des chronologies canoniques (modernisme, avant-gardes, époque de la dictature), au bénéfice d’études qui permettent de comprendre les enjeux esthétiques des pratiques artistiques, en les resituant dans les débats intellectuels des moments considérés. De cette manière, on espère sortir des apories (mimétisme, transferts, internationalisation, etc.) qui ont cours sur l’art argentin et, plus largement, sur l’art latino-américain au XXe siècle.

Enfin, on accordera une place significative aux questionnements de nature sociale et politique, dans leur double dimension critique et engagée. En effet, certaines propositions artistiques sont des échos et des réponses à des projets et situations politiques globales qui les suscitent, provoquent ou contraignent, en raison des transformations sociales que ces deux sociétés nationales ont connues au cours du siècle passé, et de leur histoire politique heurtée, jusqu’à la violence la plus dramatique.

Pour cela, on propose d’envisager les horizons théoriques et thématiques, ainsi que les dispositifs pratiques dans lesquels travaillent les artistes.

On entend par horizon, les perspectives suivantes :

– nationale, soit la question de « l’art national », dans les termes où cette problématique est formulée en Uruguay et en Argentine ;

– américaine (au sens hémisphérique du terme, incluant donc dans cet horizon l’Amérique du Nord), i. e. les propositions qui se situent à cette échelle, face à l’Europe ;

– régionale – et non pas régionaliste –, c’est-à-dire qui insère l’Argentine le Brésil et l’Uruguay dans un sous-ensemble (p. ex. l’espace andin, le Cône Sud) ;

– latino-américaine, qui s’affirme en opposition aux États-Unis, affirmant une solidarité et une dimension latino-américaine, même si le Brésil est souvent laissé à l’écart ;

– internationale (p. ex. pendant les années 1960), cosmopolite (dans l’acception qu’a ce terme dans la première moitié du siècle) ou mondialisé (à partir de la fin du xxe siècle), lorsque s’estompe le souci d’une spécificité ou identité argentine/uruguayenne et latino-américaine.

Au-delà de ce que les travaux en sociologie de l’art ont permis de mettre en lumière (le rôle des collectionneurs, des salons et galeries, de l’institutionnalisation du marché de l’art), on entend par dispositif l’attention au rôle joué par d’autres phénomènes, tels que la bilocalisation d’artistes, les biennales, les exils et expatriations, le rôle des fondations. Dans cette perspective, on sera sensible aux « cartographies » que ces dispositifs induisent, c’est-à-dire aux liens qu’ont établis les artistes, au moment de leur formation et au cours de leur carrière. Si l’importance du « voyage d’Europe » est désormais bien étudiée pour la période moderniste, on n’oubliera pas les relations avec les Pays andins ou le Brésil (São Paulo et Rio de Janeiro) et, en particulier pour la période postérieure à 1945, avec des centres comme Paris, New York, La Havane, qui doit être davantage soulignée.

Les articles devront prendre objet des artistes ou des courants artistiques de l’Argentine ou de l’Uruguay, afin de tester le questionnement proposé et illustrer tel aspect de celui-ci.

Date de remise des manuscrits : Janvier 2014 Langues acceptées : français, espagnol, portugais, anglais Nbre de caractères : 50 000 Présentation des références bibliographiques : http://cral.in2p3.fr/artelogie/spip.php?article7

repondre article

| | icone suivi activite RSS 2.0 | ISSN 2115-6395